top of page

Destins exceptionnels : Charles Fauvel

"Destins exceptionnels" est une série d'articles dressant le portrait de figures de l'aviation ayant marqué la grande histoire de l'aviation.


Eric Nessler et Charles Fauvel

Charles Fauvel est un angevin, qui fut un grand innovateur dans la construction de planeurs et d’avions. Il sera le principal concepteur de formules ailes volantes en France (plus précisément des avions sans queue, car les ailes volantes pures sont dépourvues de gouvernes verticales).

 


Le champion de vol à voile Eric Nessler (à g.) et Charles Fauvel

posent en 1953 devant le planeur Fauvel AV-36 Monobloc

baptisé "Tony Allard" (fonds Levet/EAP)


Il est né en 1904, 22 rue du Pin à Angers et il est décédé accidentellement en 1979 dans les Alpes.


Maison natale de Charles Fauvel à Angers


En 1914, il assistera au meeting d’acrobaties aériennes entre Roland Garros et Edmond Audemars à Eventard, près d’Angers. Sa passion pour l’aviation et l'aéromodélisme naîtra à cette époque.

 

Il fera l’école de l’Air et deviendra pilote militaire en 1924. Au Maroc en 1926, il apprendra à utiliser les ascendances pour aider son avion, un Breguet XIV, à franchir le Moyen-Atlas. Il assistera, en 1928, au meeting de Vauville en Normandie, un des premiers lieux de rassemblements de planeurs en France.


La qualité des planeurs allemands le pousse à réfléchir à d’autres solutions innovantes pour améliorer la finesse (rapport portance/trainée). C’est alors que lui viendra l’idée de l’aile volante, un planeur dont la trainée sera réduite au maximum.


Avec son ami Pierre Massenet, il construira un premier modèle classique de planeur-poutre biplace : l’Avia XX, pour le Club Aéronautique Universitaire (C.A.U).


Avia XXa à St-Cyr en 1930

L’Avia XXa n° 1 baptisé "Jacques Chastement" en vol à Saint-Cyr en 1930 (coll. Espace Air Passion)


Il sera aussi un des pionniers de l’Aviation légère, en développant le petit avion monoplace classique, le Peyret-Mauboussin PM-X. Son excellente finesse lui permettra de battre des records d’altitude à 5 193 mètres et de distance avec 852 kilomètres, dans sa catégorie.


Le Peyret-Mauboussin PM-X en 1930

Le Peyret-Mauboussin PM-X n° 01 à Clermont-Ferrand en 1930 (fonds Léglise/EAP)


C’est en 1929, qu’il déposera le premier brevet d’aile volante : concept pouvant être motorisé ou pas. Il voulait obtenir la stabilité de l’appareil grâce à des profils d’ailes à double courbure et en abaissant le centre de gravité en leur donnant légère flèche, comme l'illustre le plan ci-dessous :


Plans 3 vues des Fauvel AV-2 et AV-3

Le tangage serait assuré par un volet de profondeur dans la partie centrale arrière de l’aile. Le roulis serait assuré, par des volets sur les ailes et le lacet, par des petites dérives sur les bords de fuite. A partir de 1930, il commencera la fabrication de ses deux premiers modèles de planeurs en forme d’ailes volantes, l’AV-2 et l’AV-3, qui auront un grand succès.


Photo 1 : Fauvel AV-2 motorisé vu en 1932 (fonds Parent/EAP) | Photo 2 : Fauvel AV-3 Faucon avant son 1er vol à la Banne d'Ordanche, le 4 septembre 1933 (fonds Le Mont Dore/EAP)


Film d'archives du planeur de la Fauvel AV-3 à la Banne d'Ordanche (coll. Espace Air Passion) :



La société commerciale "L’Aile Volante" fut alors créée. Il développera un avion de tourisme biplace appelé AV-10 qui volera à partir de 1935. Ce sera l'un des premiers avions en forme d’aile volante certifiés au monde.


Fauvel AV-10

Présentation de l'avion Fauvel AV-10 lors du Salon de l'Aviation au Grand Palais en 1934 (fonds Levet/EAP)


Les questions militaires devenant pressantes, Charles Fauvel présentera aux autorités en 1938, des projets d’avions militaires, en forme d’aile volante. En 1940, un projet de bombardier, de forme classique, fut également présenté aux autorités militaires. Mais la défaite de 1940 mit un terme à tout ce travail. En 1943, il présentera un projet d’avion de transport sans queue, de 220 tonnes et 40 mètres d’envergure. Celui-ci pouvait transporter jusqu’à 500 personnes à 500 km/h. Cette esquisse n’eut pas plus de succès.


Air Trails Pictorial d'avril 1948

Pendant que ses qualités de grand inventeur tardaient à être reconnues, la formule de l’aile volante avait un grand succès en Allemagne avec Horten, puis aux Etats unis avec Northrop.


Couverture d'Air Trails Pictorial d'avril 1948 illustrant le bombardier stratégique Northrop YB-49 (coll. Espace Air Passion)











Dans les années 1950, Charles Fauvel finit par développer un planeur qui eu un très grand succès. Ce fut l’aile volante AV-36 Monobloc. Il fut construit et vola dans 16 pays. Il créa alors la société "Survol" à Cannes.


Photo 1 : prototype du Fauvel AV-36 lors de son 2ème vol d'essais à Cannes, le 31 décembre 1951 (fonds Levet/EAP) | Photo 2 : AV-36 n° 01 baptisé "Tony Allard" en vol en 1952 (fonds Dengremont/EAP) | Photo 3 : AV-36 n° 9 construit à Mill Valley, CA en 1955 (coll. Espace Air Passion) | Photo 4 : prototype de l'AV-36 CM construit en Allemagne par le firme Bölkow (fonds Schäfer/EAP)


Démonstration en vol du planeur Fauvel AV-36 de la Shuttleworth Collection :




Fauvel AV-22

Il y eu aussi, en 1956, le biplace Fauvel AV-22, dont le musée Espace Air Passion préserve le 1er exemplaire de série en état de vol.


Ce grand planeur de 15 mètres d'envergure pour 5 de long paraît disproportionné en raison de la grande dimension de son gouvernail de direction.


Prototype du Fauvel AV-22 en vol à Saint-Yan en 1956 (fonds Parent/EAP)










Photo 1 : Fauvel AV-22S n° 3 à Saint-Jean en 1961 (fonds Coustaury/EAP) | Photo 2 : AV-22S n° 1 préservé par Espace Air Passion (coll. EAP) | Photo 3 : infographie illustrant la structure du planeur Fauvel AV-22 (3D A. Dury/EAP)


Au début des années 1960, les ailes volantes de Charles Fauvel furent transformées en motoplaneurs, équipés de petits moteurs avec hélice propulsive repliable. Ce sont les modèles AV-45 et AV-221, qui furent présentés dans les meetings. Il y eu même des essais d’aile volante équipée d’un petit réacteur Microturbo.


Photo 1 : 1er vol de l'AV-45 n° 01 piloté par Charles Fauvel, le 4 mai 1960 à Cannes (fonds Parent/EAP) | Photo 2 : Fauvel AV-45 n° 02 à Cannes, le 6 juillet 1964 (fonds Martin/EAP) | Photo 3 : Fauvel AV-221 n° 01 à Grenoble en 1968 (coll. Espace Air Passion)


Toutefois, ces ailes volantes, motorisées ou pas, n’eurent pas un succès suffisant. Charles Fauvel arrêta la fabrication au début des années 1970. Sa société, "Survol", continua tout de même à diffuser ses plans pour la construction amateur, dans de nombreux pays. Il devint président de l’Aéroclub de Fayence.

 

Après quelques projets infructueux d’ailes volantes en matériaux composites, Charles Fauvel est décédé dans un accident de vol dans le sud des Alpes, en 1979.

 

Il avait été gradé lieutenant-colonel de l’armée de l’Air, mais il a surtout été le génial concepteur d’ailes volantes en France. Il aurait mérité d’être beaucoup plus soutenu dans ses projets par les autorités. Il restera, toutefois, un personnage marquant et très apprécié, dans l’aviation légère.

 

Et sans aucun doute, une des légendes de l'aviation !



 

A propos de l'auteur :


Né à Avrillé en 1958, Michel Leclerc a usé ses fonds de culottes à l’aérodrome d’Angers, où il assiste aux Coupes d’Europe vélivoles, aux Rallyes des vins d’Anjou et aux premières Coupes d’Anjou de voltige aérienne. Formé au vol en planeur en 1976, ses études aux Arts & Métiers et le début de sa carrière professionnelle l’éloignent du pilotage. Il y revient une décennie plus tard, en passant sa licence de pilote privé à Lognes. Sa carrière dans l’exploitation pétrolière le mène à beaucoup voyager et voler, cette fois en tant que passager des gros porteurs et à bord des hélicoptères qui l’acheminent sur les plateformes offshore. Sa passion pour l’aviation et son histoire n’a pas faiblit avec les années et Michel écume toujours les meetings aériens, tout en volant à l’occasion sur avions légers.


144 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page